Sans tambour

ARRANGEMENTS COLLECTIFS À PARTIR DE LIEDER DE
Robert Schumann
MISE EN SCÈNE
Samuel Achache
DIRECTION MUSICALE
Florent Hubert
musique, théâtre, 22 → 23, création

création

1 Déc.
11 Déc. 2022

DU LUNDI AU VENDREDI À 20H, SAMEDI À 18H, DIMANCHE À 15H30
RELÂCHE LE MARDI
durée estimée : 2h - Grande salle

Tout commence par un effondrement : un couple brisé, une maison qui s’écroule et à l’intérieur, un piano qui n’est plus que ruine ! Lorsque l’homme s’apprête à chanter, un petit ensemble de musiciens vient lui prêter main forte pour que la musique puisse encore être entendue. Il faut sortir les instruments des décombres, en inventer de nouveaux à partir des vestiges de cette maison. Comment reconstruit-on à partir d’un désastre ?

Samuel Achache, dont le travail de mise en scène a la musique comme moteur, part de ce scénario catastrophe pour construire une fiction sur nos possibles renaissances. Il s’appuie sur les Liederkreis Op. 39 de Robert Schumann, grande œuvre romantique qui met en musique des textes du poète Joseph von Eichendorff : séparé de l’être aimé ou du pays natal par une frontière infranchissable, le héros doit désormais en retrouver le chemin à travers une géographie réinventée. Forme intime et miniature, le lied est ici porté par plusieurs voix.

Pour être jouée par un piano préparé et un ensemble instrumental, la musique doit se transformer, se recomposer. Ainsi, sur scène, douze acteurs- musiciens virtuoses vont s’employer à inventer de nouveaux chants et de nouvelles histoires, traversant les époques, à partir de ces restes de lieder et de cet espace détruit. Ils seront non seulement interprètes mais aussi constructeurs et accessoiristes de ces lieux !

Si le point de départ est une catastrophe, la déambulation dans le temps et l’espace que propose Sans tambour se fait par fragments, à coups de décalages ludiques, tant dans la musique, sans cesse réinventée, que dans les situations, souvent comiques. Comment faire du neuf avec de l’ancien ? La réponse peut être joyeuse et la musique qui sort des ruines devenir un nouvel élan de construction, libre et fantasque.

« Un chant sommeille en toutes les choses qui poursuivent leur rêve, et l’univers se met à chanter dès que tu trouves le mot magique. »
Joseph von Eichendorff, cité et traduit par Albert Béguin dans L’Âme romantique et le rêve

tmp

Rencontre avec l’équipe artistique

dimanche 4 Déc. 2022

Générique

TIRÉS DE LIEDERKREIS OP. 39, FRAUENLIEBE UND LEBEN OP. 42, MYRTHEN OP. 25, DICHTERLIEBE OP. 48, LIEDERKREIS OP. 24

DE ET AVEC Samuel Achache, Gulrim Choi, Lionel Dray, Anne-Lise Heimburger, Antonin-Tri Hoang, Florent Hubert, Sébastien Innocenti, Sarah Le Picard, Léo-Antonin Lutinier, Agathe Peyrat, Ève Risser SCÉNOGRAPHIE Lisa Navarro LUMIÈRE César Godefroy COSTUMES Pauline Kieffer COLLABORATION À LA DRAMATURGIE Sarah Le Picard, Lucile Rose Production Centre International de Créations Théâtrales – Théâtre des Bouffes du Nord, Paris ; La Sourde. Coproduction Théâtre de Lorient – CDN ; Théâtre National de Nice ; Les Théâtres de la Ville de Luxembourg ; Théâtre de Caen ; Le Quartz – scène nationale de Brest ; Festival d’Avignon ; Points communs nouvelle scène nationale Cergy-Pontoise / Val d’Oise ; Festival dei Due Mondi – Spoleto ; Opéra national de Lorraine ; Festival d’Automne à Paris ; Le Parvis – scène nationale Tarbes – Pyrénées ; Théâtre + Cinéma – scène nationale Grand Narbonne ; Le Grand R – scène nationale de La Roche-sur-Yon. Coréalisation Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis ; Festival d’Automne à Paris pour les représentations au Théâtre Gérard Philipe. Avec le soutien en résidence de création de la vie brève – Théâtre de l’Aquarium et du Centre d’art et de culture de la Ville de Meudon. Remerciements à l’Opéra national de Lorraine pour la mise à disposition d’éléments de costumes.