L’Absence de père

LIBREMENT ADAPTÉ DE LA PIÈCE PLATONOV DE
Anton Tchekhov
CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE
Lorraine de Sagazan
saison 20 → 21, saison 21 → 22, théâtre
Spectacle à partir de 14 ans

12 Nov.
17 Nov. 2021

du lundi au vendredi à 20h, samedi à 18h, dimanche à 15h30
relâche le mardi
représentation exceptionnelle lundi 15 novembre à 14h
durée : 2h15 — salle Roger Blin

21 Jan.
7 Fév. 2021

C’est soir de fête dans la maison d’Anna Petrovna, jeune veuve qui, ne pouvant faire face à ses dettes, est sur le point de perdre sa propriété.
À moins que Paul Pétrine, riche homme d’affaires qui s’est entiché d’elle, puisse la sauver de la ruine ? Sont aussi présents le beau-fils d’Anna, Sergueï et sa femme Sophie, Michel Platonov, instituteur de campagne et amour de jeunesse de Sophie, maintenant marié à Sacha et père depuis peu, ainsi que quelques autres… Huit trentenaires de milieux disparates, dans des vies mal ajustées, résignées ou étriquées, des vies rêvées trop grandes. Ce qui devait être de joyeuses retrouvailles tourne vite aux répliques pleines d’aigreur et aux joutes verbales sarcastiques. Platonov, « petit Platon », charme, déçoit, pique, questionne et comme – il le fait pour lui-même – instigue le doute chez ces êtres enfermés dans leurs petites vies. La metteure en scène Lorraine de Sagazan et l’écrivain Guillaume Poix ont pris à bras le corps ce texte de jeunesse de Tchekhov, inachevé, épars, foisonnant. Du souffle rapide et des émotions abrasives, ils ont retenu le rythme et le désenchantement, revitalisant les mots tout en gardant l’intention première de l’auteur. Ils y ont greffé une écriture volontairement contemporaine et joint des souvenirs vécus et intimes des acteurs, créant ainsi la généalogie mouvante d’une fiction ultra réaliste, de la scène à la vie. Ces récits personnels résonnent avec ceux des spectateurs qui, répartis sur les quatre côtés du plateau, au plus près des émois et des échecs vibrants, sont pris à témoin des questionnements d’une génération qui se cherche, ne se retrouve pas, qui se désire, se déchire, essaye de se consoler. Sur fond de fracture et de déterminisme social, entre désillusion et colère, la compagnie La Brèche déconstruit les héritages paternels et leurs idéaux dans une ardente et incessante volonté de vivre. 

J’ai trente-cinq ans. Je suis un zéro. Un raté. J’ai trente-cinq ans. Je n’ai rien fait de ma vie. Où est ma force ? Ou est mon talent ? Ma vie est un désastre. Hamlet avait peur de rêver, moi j’ai peur de vivre. Finita la commedia. Rideau.
Lorraine de Sagazan, Guillaume Poix, L’Absence de père

tmp

Rencontre avec l’équipe artistique

dimanche 14 Nov. 2021

rencontre à l'issue de la représentation

Générique

AVEC Lucrèce Carmignac, Romain Cottard, Charlie Fabert en alternance Mohamed Belhadjine, Nina Meurisse, Antonin Meyer-Esquerré, Chloé Oliveres, Mathieu Perotto, Benjamin Tholozan

D’APRÈS UNE TRADUCTION D’Elsa Triolet
ADAPTATION Lorraine de Sagazan et Guillaume Poix 
ESPACE SCÉNOGRAPHIQUE Marc Lainé et Anouk Maugein
LUMIÈRE Claire Gondrexon
SON Lucas Lelièvre
COSTUMES Suzanne Devaux
REGIE GENERALE Kourou
ADMINISTRATION PRODUCTION DIFFUSION AlterMachine, Camille Hakim Hashemi et Carole Willemot

Production La Brèche.
Coproduction CDN de Normandie-Rouen ; Théâtre Dijon-Bourgogne – CDN ; Les Nuits de Fourvière ; MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, Bobigny ; Le Phénix – Scène nationale de Valenciennes ; Le Théâtre de Châtillon ; TU-Nantes – scène conventionnée Jeune création et émergence.
Résidences de création au CDN de Normandie-Rouen ; Théâtre de la Bastille – Paris ; TU-Nantes ; MC93 – Maison de la culture de Seine-Saint-Denis, Bobigny.
Avec le soutien du ministère de la Culture (DRAC Île-de-France) de la Région Île-de-France et du Carreau du Temple – Accueil Studio.
Avec l’aide de la Spedidam
Avec participation artistique du Jeune Théâtre National.

Lien(s)