Désobéir © Pascale Fournier

Désobéir

pièce d'actualité n°9
TEXTE
Julie Berès, Kevin Keiss et Alice Zeniter
CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE
Julie Berès
théâtre, saison 20 → 21
Spectacle à partir de 13 ans

25 Mai.
29 Mai. 2021

du mardi au samedi à 20h
Durée : 1h15 - salle Roger Blin

Elles sont quatre sur scène, n’ont pas encore 25 ans et s’appellent Ava, Lou-Adriana, Charmine, et Séphora. Elles viennent de banlieues populaires, ont aussi des racines au Cameroun, en Iran, en Kabylie ou en Turquie.
Julie Berès était allée à leur rencontre, recueillant leurs mots, témoignages et questionnements. De nombreuses autres femmes d’Aubervilliers et des environs, filles, petites-filles ou arrière-petites-filles d’immigrés lui ont aussi raconté leurs histoires, leurs batailles, leurs défaites, leurs attentes. Avec l’aide du dramaturge Kevin Keiss et de l’écrivaine Alice Zeniter, la metteure en scène a entrelacé ces récits aux multiples voix que les quatre jeunes comédiennes, le verbe haut, coloré et si vivant, se chargent de porter ici en y mêlant leurs propres vécus.
Comment s’inventer soi-même ?  Comment se construire dans un monde souvent violent, où le poids des traditions et des injonctions de la société ne laisse que peu voire aucune place ?
Trop souvent réduites à des stéréotypes sans nuances, ces femmes prennent le devant de la scène, partagent avec humour ou douleur leur vie et leur vision, dévoilent la face cachée derrière les clichés. Elles investissent l’espace par leurs postures, leurs danses, leurs chants et leurs timbres de voix si singuliers. Les mots sont crus, les rires contagieux, les rages éclatantes quand elles parlent du lien familial, de leurs croyances, de racisme, de violence, d’amour ou de désir. Du désir d’obéir ou de désobéir, des « obéir » dont elles ne veulent plus. Non est un mot qui leur a fallu affirmer, un non lancé aux pères, clamé contre l’injustice, murmuré ou martelé, un mot qui soulage, qui bouscule et libère. Un non qui leur a permis de concilier leurs envies et leur foi, de revendiquer leur héritage sans y être asservies, de trouver enfin la liberté d’être soi.

« J’adore quoi… C’est super puissant. Ça se transmet, il y a une grande idée de la filiation chez vous, de la grand-mère à la mère, de la mère à la fille, des générations et des générations de souffrances et de massacres, c’est de la mémoire quoi. »

tmp

Rencontre avec l’équipe artistique

vendredi 28 Mai. 2021

rencontre à l'issue de la représentation

Générique

AVEC Ava Baya, Lou-Adriana Bouziouane, Charmine Fariborzi, Séphora Pondi

DRAMATURGIE Kevin Keiss
TRAVAIL SUR LE CORPS Jessica Noita
SCÉNOGRAPHIE Marc Lainé et Stephan Zimmerli
LUMIÈRE Laïs Foulc
SON Davis Ségalen
VIDÉO Christian Archambeau
COSTUMES Élisabeth Cerqueira

Production déléguée Compagnie les Cambrioleurs précédemment le Théâtre de la Commune – CDN d’Aubervilliers.
Avec le soutien du Fonds de Dotation Agnès Troublé dite Agnès B. ; du FIJAD, Fonds d’Insertion pour les Jeunes Artistes Dramatiques ; du ministère de la Culture (DRAC Provence-Alpes-Côte-d’Azur) et Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.
La Compagnie les Cambrioleurs est conventionnée par le ministère de la Culture (DRAC Bretagne), par la Région Bretagne et par la Ville de Brest, et est soutenue pour ses projets par le Département du Finistère

La presse en parle

Revue de presse – Désobéir

Lien(s)