Delphine Seyrig

    samedi 8 Oct. 2022

    En plus d’être une comédienne majeure tant au théâtre qu’au cinéma, Delphine Seyrig est une pionnière du féminisme en France.

    Elle commence la pratique théâtrale à dix-sept ans, et se forme notamment auprès de Roger Blin. Au théâtre, elle joue avec les plus grands comédiens de son temps, et sur des grandes scènes, tant à Paris qu’à New-York et à Londres. Elle tourne aussi avec de nombreux réalisateurs, fascinés par le timbre de sa voix et la précision de son jeu d’actrice : Alain Resnais, François Truffaut, Marguerite Duras, Luis Buñuel. Aujourd’hui encore son nom est associé à des personnages emblématiques, comme la Fée des lilas dans le film Peau d’âne (1970) de Jacques Demy.

    Son nom est indissociable de la lutte pour l’émancipation des femmes : elle signe le manifeste des 343 femmes qui ont avorté en 1971 et s’engage lors du procès de Bobigny, qui signe un tournant majeur dans la lutte des femmes pour le droit à l’avortement. À cette occasion, elle accompagne Gisèle Halimi tout au long de l’affaire et témoigne à la barre en partageant le récit de son avortement. Avant cela, elle risque la prison en prêtant son appartement pour qu’on puisse y réaliser des avortements clandestins.

    En 1982, elle fonde avec Carole Roussopoulos et Ioana Wieder, le centre audiovisuel Simone de Beauvoir, dont le but est de collecter et d’archiver tout ce qui a trait à la création féminine et au mouvement féministe, afin d’éviter que l’histoire des femmes artistes ne tombe dans l’oubli.

    Elle est également l’une des fondatrices du collectif féministe Les Insoumuses, au sein duquel elle réalise plusieurs films documentaires. En 1981, près de quarante ans avant le mouvement Me Too dans le milieu du cinéma, elle réalise le documentaire Sois belle et tais-toi, dans lequel elle interroge des actrices françaises et américaines sur leur rapport à leur corps, et les difficultés professionnelles qu’elles rencontrent, en tant que femmes.
    Chanteuse, comédienne au théâtre et au cinéma, Delphine Seyrig est une référence de la seconde moitié du XXe siècle, une femme militante et à l’avant-garde d’un grand nombre de combats féministes.

    En 1981, Delphine Seyrig est à l’affiche au côté de Sami Frey dans La Bête dans la jungle, un spectacle mis en scène par Alfredo Arias, d’après une nouvelle d’Henry James, adaptée par Marguerite Duras. Cette pièce, créée à Saint-Denis grâce à l’engagement de Delphine Seyrig a marqué la reconnaissance du Théâtre Gérard Philipe comme théâtre d’envergure nationale. Le spectacle affiche complet et même pendant la prolongation des représentations.


    En octobre 2021, débutait au Théâtre Gérard Philipe un grand projet participatif mené par Julie Deliquet, Lorraine de Sagazan, Leïla Anis, Aleksandra de Cizancourt, Pascale Fournier, Magaly Godenaire, Agnès Ramy et Annabelle Simon qui réunissait trente habitantes du territoire. Petites filles, adolescentes et femmes ont créé
    tout au long de la saison Fille(s) de (représenté du 1er au 3 juillet 2022 au TGP) avec pour mission celle de laisser une trace : renommer ensemble la grande salle du théâtre.

    Dix noms ont été retenus, puis en juin 2022 un vote a eu lieu. C’est ainsi que le nom de Delphine Seyrig a été choisi.